Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nîmes et sa Prison 426 détenus pour 192 places jusqu'à 4 détenus sur 9 m² la cocote minute est au bord de l'explosion

La case Prison paraît réservée aux délinquants de tout ordre mais aujourd'hui pour des motifs futiles on peut hélas faire un passage vers la case cellule.La Maison d'arrêt de Nîmes,fait partie des prisons les plus surpeuplées de l'hexagone créée en 1974,elle compte 192 places mais en 2016 le nombre de détenus est en constance évolution avec un taux record de 426 détenus environ.Le taux d'occupation atteint les 215 %.(avec des détenus femmes)

Avec plus de 70 matelas posés au sol sur des armoires retournées en guise de lit soit 1 m à 1.33 m² par détenu et parfois jusqu'à 4 détenus dans des cellules de moins 9m².

La visite de Mr Valls en aout 2016 ne semble pas avoir changé grand chose au problème.Il proposera des pistes à l'automne pour sortir de cette dérive.A une période ou la radicalisation fait la une de l'actualité attendre l'automne ... cela fait longtemps depuis 2012 qu'il a les fesses dans son fauteuil de premier ministre qu'il aurait du s'atteler à la tâche...QUE DIRE à du blabla !!! du vent de gouvernants incompétents.Bref il envisage l'encellulement individuel ... pour cela il faudrait lâcher des moyens et surtout AGIR !

Valls n'est pas un homme d'action à si ... LE PRO DU 49.3!!! pour ça il est très fort ! pour le reste on repassera ...

Certains attendent des transferts vers des centres de détention depuis plusieurs mois sans aucune réponse administrative.

Les détenus,en sont donc à saisir " la cour européenne des droits de l'homme" soutenu par l'OIP (observatoire international des prisons) pour interpeller sur leurs situations critique.

L'hygiène presque absente,l'insalubrité de cette prison non restaurée depuis plus de 40 ans et plus qu’indignante pour les hommes,les femmes et pire les familles de détenus qui viennent leur rendre visite dans parloir au condition dégradante ... mais ou sont les élus ??? ceux qui claquent de l'argent pour des choses inutiles !

Et qui dit surpopulation dit moins de prise en charge pour la réinsertion derrière !!!

Etudier est le parcours du combattant face au manque de personnel pénitencier.

Promiscuité alarmante et inactivité font régner un climat de stress et de violence qui touche les détenus comme les personnels. Le conseil d'évaluation mentionne également que « de nombreux incidents résultent des difficultés pour permettre à chaque détenu d'accéder journellement aux douches », en raison de leur capacité insuffisante (6 douches pour 80 détenus). Au point que la direction a pris la décision de réduire le nombre de douches autorisées : d'une par jour, elles sont passées à trois par semaine.

http://www.oip.org/index.php/bibliotheque/item/1190-nimes-cedh-detenuhttp://

Alors à qui la faute la Direction de l'établissement ou notre gouvernement d'incapable ? !!!

Voici ce qu'à dénoncer un détenu de la Maison d'arrêt de Nîmes :

"Des conditions indignes, dénoncées par Francis R.

C'est dans ce contexte que Francis R. a déposé sa requête devant la CEDH. Depuis 14 mois, il doit cohabiter avec deux autres détenus dans une cellule de 9 m2, l’un d’entre eux étant contraint de poser son matelas sur une armoire couchée au sol. Le mobilier réduit encore l’espace disponible de chacun, au point d'empêcher tout déplacement simultané de deux détenus.

Pour pallier l’absence de ventilation, Francis R. et ses deux codétenus sont obligés de laisser la fenêtre continuellement ouverte, nuit et jour, été comme hiver. L'un des occupants, âgé de 80 ans, est incontinent et ne bénéficie d'aucune aide de la part d'un auxiliaire de vie, faisant reposer sur Francis R. et son co-détenu l'accompagnement des gestes du quotidien. « J'ai l'impression d'être à la fois un assistant social, un aide-ménager, un aide soignant »,témoigne Francis R. Une situation qui est loin d'être unique : selon le rapport de l’Unité sanitaire « il y a régulièrement des détenus âgés qui posent des problèmes d’autonomie dans la vie quotidienne ».

Si Francis R. souffre d'un manque d'intimité évident, il fait également face à une profonde solitude morale, ne bénéficiant d'aucun suivi social et psychologique. En un an et demi, il n'a pu rencontrer que deux fois son CPIP. Soumis à une obligation de soin sous la forme d'un suivi psychologique, il ne peut satisfaire à cette obligation, en l’absence de psychologue. Une situation qui complique l'obtention de réductions de peine supplémentaires. L’accès aux autres soins est tout aussi difficile : alors qu'il avait demandé dès son arrivée à voir un dentiste, il n'a pu obtenir un rendez-vous qu'au bout neuf mois."

La Cour considère en effet qu'elle peut être saisie directement lorsque le droit interne ne prévoit pas de recours visant à améliorer les conditions de détention ou faire cesser les violations des droits conventionnels (Arrêt Valescu c. Belgique). De tels recours sont absents du droit français.

Il y a tout de même un minimum de dignité humaine à respecter.

Tag(s) : #maison d'arret de nîmes, #prison, #nîmes, #surpopulation carcérale

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :