Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hypermnésie don ou trouble ? qui sont ces personnes exceptionnelles

L'hypermnésie (du grec huper, « avec excès », et mnesis, « mémoire »), appelée également exaltation de la mémoire, est une psychopathologie caractérisée par une mémoire autobiographique extrêmement détaillée et un temps excessif consacré à se remémorer son passé.

Certaines personnes se souviennent parfaitement de chaque jour de leur vie.

Les sociétés occidentales, vieillissantes, voient une part croissante de leurs populations touchées par la maladie d’Alzheimer. La passé se trouble, puis s’efface. L’oubli, terrible, effraie. A tout défaut fait écho son excès, qui peut se révéler tout aussi néfaste. Et le trop-plein de mémoire n’échappe pas à la règle.

Les types de mémoires exaltées

L’hypermnésie, du grec huper , au-dessus, et mnesis, mémoire, se caractérise par une mémoire prodigieuse. Les processus de mémorisation sont complexes ; les scientifiques expliquent en partie ce phénomène par une transformation très rapide de la mémoire à court terme en mémoire à long terme, dont la conservation, par définition, est meilleure.

Il convient de différencier deux types de mémoire très performante :

  • L'hypermnésie ou mémoire épisodique : elle concerne les souvenirs biographiques. L’hypermnésique pourra se remémorer toute sa vie (ou presque). Par exemple, savoir ce qu’il mangeait tel jour, même temporellement lointain.
  • La mémoire eidétique ou mémoire photographique : elle en appelle davantage aux sens. Musiques, odeurs ou images sont parfaitement gravées dans la mémoire, en dehors de tout contexte précis.

Une "bonne mémoire" : innée ou acquise ?

John Wilding, chercheur en psychologie à l’université Royal Holloway de Londres, travaille sur l’hypermnésie depuis des années. Interviewé par le magazine Le Monde de l'Intelligence daté du 1er trimestre 2008, le scientifique différencie ce qui relève de l’inné (capacités intellectuelles) de ce qui découle de l’acquis (entraînements cérébraux, mnémotechnie).

Certains sont dotés de capacités mémorielles surpuissantes, grâce à une densité neuronale importante ou à des processus biochimiques performants, à l’origine d’une intelligence globale supérieure à la moyenne. D’autres usent de techniques, d’association d’idées, pour retenir par exemple l’ordre des cartes d’un jeu mélangé ou des suites de chiffres. Les champions toutes catégories de la mémoire étant bien sûr les premiers qui utilisent les techniques des seconds…

L’hypermnésie peut parfois se manifester de manière transitoire, suite à un choc traumatique. Les psychologues ont ainsi appelé syndrome de Targowla l’affection qui touche une forte proportion de survivants des camps de concentration. La réminiscence permanente des horreurs nazies provoquent chez eux des problèmes comportementaux, dont ils ont conscience mais qu’ils ne peuvent contrôler.

Les conséquences quotidiennes de l’hypermnésie

L’hypermnésie paraît une merveilleuse arme : l’agenda devient inutile, le travail optimisé… D’une manière plus générale, une réflexion permanente permet de traiter rapidement une situation complexe et d’en entrevoir tous les tenants et aboutissants. Et pourtant, l’hypermnésie s’accompagne, d’autant plus que le sujet est inconscient de ses capacités hors normes, de troubles diversement prononcés.

Anxiété et agressivité s’expliquent par la peur du « bug » intellectuel, qui conduirait à la perte de tout ce qui est stocké dans la mémoire. La résurgence permanente des souvenirs mène également à une vision émotionnelle des événements passés. Un traitement contre l’angoisse pourra alors être prescrit. Dans les situations extrêmes, en cas de sous-utilisation de la mémoire surpuissante, peuvent apparaître en outre d'autres symptômes, comme la paranoïa, la frigidité ou l’impuissance. Un suivi psychologique devient alors nécessaire.

Le poids de la mémoire n'est pas facile à porter. Pour quiconque en douterait, La Petite Chartreuse de Pierre Péju constitue une lecture de choix. Le protagoniste de ce roman, libraire hypermnésique, retient mot par mot des passages entiers de ses œuvres favorites. Étienne Vollard est incapable de se départir d'une mémoire omniprésente et de la mélancolie envahissante qui en découle. Oublier peut parfois sauver.ICI

Et il y a ceux comme ce Britannique qui vivent un jour sans fin digne du film de 1993 de Bill Murray.Un militaire Britannique de 38 ans sans antécédent qui se rend chez le dentiste pour une simple dévitalisation de sa dent et qui ressort amnésique au plus haut niveau.L'histoire dans l'article ci-dessous.

Tag(s) : #science

Partager cet article

Repost 0