Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Norovirus en France et sur la Planète

Les symptômes de la gastro-entérite due aux virus de la famille des calicivirus (en anglais «Winter Vomiting Disease») ont été décrits pour la première fois il y a environ 75 ans.

Ils sont peu sensibles au conditions environnementales et résistents à des varations de températures allant de -20° à 60 °C à des concentrations de chlore relativement élevées (jusqu'à 10ppm) et à des variations de PH (4.13).

Les norovirus, identifiés depuis les années 1990, sont majoritairement à l'origine des gastro-entérites en France. Leur constante recombinaison génétique explique l'absence d'immunité acquise.

Si une immunité relative devrait être acquise avec l'âge, ce n'est pas le cas, notamment du fait d'une évolution constante des caractéristiques des virus en cause. Il faut aussi souligner la montée en puissance des norovirus qui mutent tous les 3 ans.

Les norovirus deviennent majoritaires

Si chez l'enfant de moins de 5 ans, le rotavirus du groupe 1 reste majoritaire (49 %), d'autres virus peuvent être en cause. Les norovirus sont majoritaires dès l'âge de 5 ans et à l'origine de 80 % des gastro-entérites chez les plus de 65 ans. Les astrovirus, adénovirus 40 et 41 ou sapovirus sont aussi en cause.

« Grâce aux progrès constants des techniques de biologie moléculaire et notamment du séquençage, d'autres pathogènes émergents ont pu être identifiés : aichi virus (classe des Picornaviridae), paraéchovirus, rotavirus groupe B et C, coronavirus, torovirus, picobirnavirus ».

Certains facteurs influencent l'épidémiologie : des facteurs de contagiosité (eaux souillées, promiscuité…) et l'existence ou non d'une protection vaccinale. Mais avant tout, ce sont les modifications des caractéristiques génétiques des rotavirus et des norovirus existants qui sont à l'origine des émergences de nouveaux pathogènes. Les modifications du génome viral de ces virus à ARN ont lieu par glissement, saut ou recombinaison. Ils acquièrent donc de nouveaux antigènes contre lesquels la population est encore naïve.

Norovirus, un virus particulièrement contagieux


Les épidémies à norovirus ont été décrites à partir de 1990 quand les techniques de RT-PCR ont permis de les individualiser dans les selles, puisque ces virus ne se multiplient pas en culture.

Le réservoir humain de ces virus est ubiquitaire et certaines particularités les rendent particulièrement contagieux : quantité importante dans les selles (105 à 109 particules virales par gramme de selles), excrétion prolongée jusqu'à 3 semaines, dissémination dans les vomissures, stabilité dans l'environnement pendant 2 mois, dose infectieuse faible (200 à 1 000 particules virales), résistance aux désinfectants courants dont certaines solutions hydroalcooliques.

Symptôme de la maladie et voie d'infection:

Le virus est contracté par voie perorale (bouche) et entraîne après une période d'incubation de 12- 48 heures les symptômes typiques suivants : forts vomissements en jets incontrôlables et diarrhée (s'accompagnant de nausées de crampes et de douleurs musculaires). Pendant la phase aiguë de la maladie il est important de compenser souvent la perte de liquide.

L'agent pathogène est présent en grandes quantités dans les déjections des patients pendant la phase aiguë de la maladie puis encore au moins 2-3 jours après et peut donc être transmis à d'autres personnes par voie (féco-orale) durant cette phase.Un grand nombre de virus sont également excrétés dans les vomissures.la transmission peut aussi se faire par formation d'aérosols (dissémination dans l'air de minuscules gouttelettes infectieuses qui peuvent parcourir une certaine distance surtout dans un endroit clos) suite aux vomissements.

Les norovirus peuvent survivre plusieurs jours dans l'environnement et restent contagieux durant ce laps de temps.Il est donc important de nettoyer les draps,le linge de corps,et les locaux.

Les épidémies surviennent de façon brutale en collectivité : elles touchent les enfants, adultes, personnes âgées et ce, plus particulièrement en hiver. Après une incubation de 12 à 48 h, une diarrhée aqueuse se produit, associée à des vomissements pendant 2 à 6 jours.

Trois grands types de norovirus humains non transmissibles à l'animal ont été décrits : GGI (8 génotypes), GGII (19 génotypes) et GIV. L'émergence de nouveaux variants antigéniques est liée à des glissements antigéniques ou à des recombinaisons au sein de ces génogroupes. C'est le génotype GGII.4 qui est à l'origine de la majorité des atteintes chez l'homme. Or l'analyse phylogénétique des souches GGII.4 au cours des 20 dernières années montre que les norovirus subissent tous les 2 à 3 ans environ une dérive génétique.

Les génotypes G1P [8], G2P [4], G3P [8], G4P [8] et G9P [8] des rotavirus de groupe A sont considérés comme habituels chez l'homme. Mais leur distribution varie selon les années. Ainsi G9P [8] a émergé au début des années 2000 pour connaître un pic épidémique en 2004-2005 et n'être plus qu'anecdotique actuellement. Depuis 2011, c'est le génotype G12 [15,16] et les génotypes G6 et G8 qui représentent au total entre 20 et 40 % des germes en cause en France.

Ce risque est néanmoins influencé par l'existence d'une vaccination dans les pays où elle est pratiquée : en Finlande, le taux de couverture est de 92 %, en Belgique de 93 % et en Autriche de 97 %.ici

Quels virus sont le plus souvent à l’origine d’une intoxication alimentaire ?
La majorité des maladies alimentaires d’origine virale sont souvent causées par un nombre restreint de virus, a
u nombre desquels :

  • les norovirus (ils sont à l’origine de la gastro-entérite, qui est l’infection virale d’origine alimentaire la plus courante et qui se caractérise par des diarrhées, des vomissements et des douleurs abdominales) ;
  • l’hépatite A et l’hépatite E (qui provoquent une inflammation du foie) ;
  • les rotavirus (particulièrement associés à la gastro-entérite infantile).

Comment les virus d’origine alimentaire se propagent-ils ?
Tous les virus d’origine alimentaire proviennent des intestins des hommes et des animaux. De ce fait, ils sont souvent véhiculés par les fèces (Les matières fécales sont le résidu de la digestion - substances ou particules non assimilées et masse de bactéries du tube digestif -, expulsé par l'anus lors de la défécation accompagnée souvent de gaz. C'est une exonération de consistance molle. Chez le nouveau-né, on l'appelle méconium).ou autres fluides corporels. Comme les virus ne se reproduisent pas dans les aliments, la propagation des virus via les aliments a trois causes majeures :

  • la manipulation des aliments sans respecter une hygiène suffisante ;
  • le contact des aliments avec des déjections animales, les effluents humains ou les eaux d’égout ;
  • la consommation d’animaux eux-mêmes contaminés par des virus (par exemple, la viande, le poisson, etc.)

Aliments associés aux maladies alimentaires d’origine virale
Les aliments le plus souvent associés aux maladies alimentaires d’origine virale sont :

  • les coquillages (comme les huîtres, les moules, etc.), les crustacés et leurs sous produits, récoltés ou élevés dans des eaux à proximité d’une sortie d’égout (par exemple, à proximité des stations d’épuration) ;
  • les fruits et légumes cultivés sur des terres fertilisées avec des déjections animales ou irriguées avec des eaux contaminées ;
  • les viandes insuffisamment cuites, et notamment le porc

en France nous disposons de notre centre de recherche national entérique situé sur Dijon.

Tag(s) : #virus

Partager cet article

Repost 0